Une nouvelle classe énergétique depuis 2021 pour les appareils électroménagers

Une nouvelle classe énergétique depuis 2021 pour les appareils électroménagers

Depuis le 1er mars 2021, les TV, lave-vaisselle et autres équipements sont dotés d’un classement modifié avec la nouvelle étiquette énergie. Exit les « +++ », la simplicité est désormais de mise avec une lettre énergie allant de A à G. Objectifs : aiguiller les ménages dans leurs achats écoresponsables, et réaliser encore plus d’économies d’énergie sur leurs factures d’électricité. Explications sur cette nouvelle classe énergétique de l’électroménager, qui se déploie progressivement entre 2021 et 2030.

Appareils électroménagers classés A = économies sur la facture d’électricité !

L’étiquette énergie existe depuis 1994. Son but est didactique : renseigner le consommateur sur l’efficacité énergétique des produits électroménagers achetés. Ce lave-vaisselle consomme-t-il beaucoup d’électricité ? Cet aspirateur est-il gourmand ? Ce lave-linge est-il efficace ? Autant de questions qui auront des réponses plus claires avec la nouvelle étiquette énergie mise en place dès 2019. Les fabricants avaient jusqu’au 1er mars 2021 pour se conformer à la loi mise en place par l’Union européenne.

Concrètement, qu’est-ce qui a changé dans les achats d’appareils électroménagers ? L’étiquette version 2021 est-elle plus simple ? Finis les sigles « +++ », tous les équipements sont classés sur une échelle allant des lettres A à G. « A » signifiant la norme la plus économe affichée en vert, et la classe énergétique « G » la plus énergivore en rouge. De quoi mieux orienter le consommateur soucieux de réaliser des économies d’énergie.

En effet, un appareil classé « A » consomme moins d’électricité, et cela se ressent sur les factures ! Si les appareils classés A dotés d’une technologie avancée sont en toute logique plus chers, le retour sur investissement se ressent sur le relevé d’électricité.

Plus simple, la nouvelle étiquette énergie permet de mieux identifier la consommation d’énergie des produits pour diminuer le gaspillage grâce à :

  • Un QR code qui permet d’accéder à une base de données électronique des produits renseignée par les fabricants ;
  • Des pictogrammes redessinés et plus lisibles ;
  • Des exigences accrues en matière d’écoconception, notamment concernant la réparabilité ou la recyclabilité des produits;
  • Des progrès technologiques stimulés : les produits faisant partie de la nouvelle classe A seront très performants et encore très difficiles à trouver en 2021.

Ci-contre l’infographie ludique publiée par l’Ademe, l’agence de la transition écologique à télécharger gratuitement.

Quels sont les types d’appareils électroménagers concernés par la nouvelle classe énergétique ?

Réfrigérateurs, machines à laver, machines lavantes-séchantes, lave-vaisselle, téléviseurs, lampes et luminaires affichent depuis mars 2021 la nouvelle étiquette énergie. Fours, hottes, climatiseurs, sèche-linges, aspirateurs et appareils de « froids » professionnels ont quant à eux jusqu’à 2025. Enfin, les appareils de chauffage et chauffe-eau bénéficient d’un délai accordé jusqu’en 2030.

Depuis le 1er septembre 2021, la nouvelle classe est désormais obligatoire sur l’emballage des lampes LED mises à la vente.

L’ancienne étiquette pouvait encore être présente sur les cartons des ampoules mises en vente avant cette date. La classe C regroupe désormais les lampes les plus performantes sur l’échelle de A à G, puisqu’aucun de ces produits n’atteint encore un niveau suffisant pour les lettres A ou B.

Distinguer les étiquettes énergétiques des appareils et des logements

Attention à ne pas confondre la classe énergétique en électroménager et la classe énergétique d’un logement. Cette dernière illustre la synthèse du diagnostic de performance énergétique (DPE). Ce dernier permet à un ménage qui envisage de louer ou d’acquérir un bien immobilier d’apprécier son impact énergétique sur l’environnement, et d’évaluer ses futures factures de chauffage en ayant une estimation de sa consommation annuelle d’énergie primaire en kWh/m2.

D’ailleurs, le DPE a lui aussi connu une réforme en 2021 : désormais opposable, il a fusionné ses deux précédentes étiquettes — énergie et climat — en une seule, pour plus de lisibilité.

Depuis le 1er mars 2021, un appareil anciennement A+++ correspond à la nouvelle classe C

L’étiquette énergie hausse également le niveau d’exigence. Un niveau énergétique a été attribué à chaque échelle pour une durée de 10 ans. Ainsi, les nouvelles classes A et B correspondent à un équipement plus performant énergétiquement. L’objectif était effectivement d’encourager le progrès technologique synonyme d’économies.

À titre d’exemple, un appareil anciennement classé en A+++ est désormais classé C depuis mars 2021. Les échelles énergétiques sont révisées dès que 30 % des produits mis sur le marché sont classés A ou dès que 50 % des appareils sont classés A et B.

En prime, l’étiquette énergie est pourvue de données complémentaires afin de pouvoir comparer tous les équipements vendus dans l’Union européenne. Cette base de données est libre d’accès.

Les clés pour aller plus loin dans les économies d’énergie

La nouvelle classe énergétique 2021 guide le consommateur pour renouveler de façon plus efficace les appareils électroménagers qu’il utilise au quotidien, souvent gourmands en consommation d’énergie, afin qu’il réalise plus d’économies sur leur factures. Un écogeste à adopter lorsque votre télévision ou autre produit électroménager tombe en panne !

D’autre part, sachez que d’un point de vue environnemental, il est préférable d’utiliser jusqu’au bout des équipements qui fonctionnent encore : cela polluera toujours moins que la fabrication des nouveaux modèles, gourmands en ressources (mais bien sûr, cela peut coûter cher sur la facture). Et ce même si leur lettre énergétique est bien meilleure. D’où l’importance de réfléchir à l’empreinte carbone globale de chaque produit.

Grâce aux conseils avisés d’Hellio, société experte dans l’efficacité énergétique, les ménages peuvent prétendre à des sources d’économies d’énergie supplémentaires. La rénovation thermique couplée à des appareils fonctionnels plus économes, est une clé pour réduire leurs dépenses et donc gagner en pouvoir d’achat.

Isolation, pompe à chaleur… Pensez aussi à rénover !

Avec ses offres, Hellio propose de faciliter les travaux de rénovation énergétique grâce à un accompagnement de A à Z : de la prise en charge financière grâce aux Certificats d’Économies d’Énergie et à MaPrimeRénov’, à la mise en place et la réalisation des chantiers.

Avec ses offres, Hellio propose de faciliter les travaux de rénovation énergétique grâce à un accompagnement de A à Z : de la prise en charge financière grâce aux Certificats d’Économies d’Énergie et à MaPrimeRénov’, à la mise en place et la réalisation des chantiers.

Ainsi, pour les maisons individuelles, les travaux d’isolation thermique des logements permettent de réaliser jusqu’à 30 % d’économies sur la facture de chauffage. L’installation d’une pompe à chaleur aérothermique, ou d’une chaudière à granulés, baisse également les dépenses. Sans oublier la mise en place d’une ventilation efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.